Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 22:55

Ouest-France / Pays de la Loire / Nanteslogo ouestfrancefr

Scolarisation des handicapés : un droit mis à mal

lundi 20 septembre 2010 

ouest-france.jpg

 

Les auxiliaires de vie scolaire accompagnent les enfants handicapés pour leur permettre de suivre une scolarité en milieu ordinaire. Mais les moyens manquent pour assurer toutes les heures nécessaires.



 Pas assez d'auxiliaires de vie scolaire, manque de places en centres spécialisés... La pénurie de moyens nuit à la scolarisation et à l'accueil des enfants handicapés.

Depuis la loi de 2005 pour l'égalité des droits et des chances des handicapés, tout enfant ou adolescent doit pouvoir être scolarisé. En milieu ordinaire ou, s'ils ne peuvent suivre une scolarité classique, en établissement spécialisé. Ce parcours doit être continu et adapté. Ça, c'est la théorie. Dans les faits, c'est plus compliqué. Pas suffisamment d'auxiliaires de vie scolaire, pas assez de places en institut... S'ajoute à cela, pour certains, le casse-tête du transport (lire ci-dessous). Bref, un manque total de moyens.

Depuis la rentrée, des associations de parents d'enfants handicapés tirent la sonnette d'alarme. Des familles sont en plein désarroi. La décision de l'Inspecteur d'Académie de réduire de trois heures les demandes d'accompagnement supérieures à six heures, pour les partager, suscite l'incompréhension.

La situation n'est pas nouvelle. L'an dernier, en décembre, les associations comptaient 187 élèves qui ne pouvaient suivre leur scolarité normalement, faute d'accompagnement par une auxiliaire de vie scolaire. Plus ceux qui, en institut médico-éducatif, n'avaient aucune scolarisation, faute d'enseignants.

Aujourd'hui, l'Inspection Académique gère la pénurie. « Inadmissible, estime Gildas Le Meillat, du collectif « Handicapé, scolarité, égalité », un collectif de parents créé tout récemment. Dès avril, l'Inspecteur d'académie connaissait le nombre d'heures d'accompagnement notifiées par la Maison des Personnes Handicapées. À lui de mettre les moyens nécessaires en face. Toutes les demandes d'accompagnement sont justifiées et validées par la MDPH. Et là, l'Inspection Académique se donne le droit de juger utile ou pas telle ou telle affectation de temps. »

« Un argument facile »

L'Inspecteur d'académie, Bernard Javaudin, a choisi, lui, de ne laisser, à la rentrée, aucun enfant en situation de handicap sans accompagnement. D'où cette répartition des heures. Sans cette disposition, 300 élèves resteraient sur le carreau. « Il n'est pas acceptable, dit Bernard Javaudin, de laisser ces élèves handicapés sans accompagnement parce que leur notification est plus récente. »

« C'est un argument facile, estime le collectif. En gros, il dit « c'est à vous, parents, de jouer la solidarité ». Cet argument, on ne veut pas l'entendre. Cette réduction d'heures pose de gros problèmes aux familles. C'est à lui de demander les moyens nécessaires pour que la loi soit appliquée. » « Imaginez que votre enfant soit au collège. Et que, faute de budget, on lui enlève des cours de maths ou de français, dit aussi Marc Marhadour, directeur de l'Adapei (association départementale des amis et parents de personnes handicapées mentales).

Lui, pointe aussi du doigt le problème de formation des auxiliaires. « Actuellement, il y a un problème quantitatif et qualitatif. » Il dit aussi que pour certains, la scolarisation à tout prix n'est pas la bonne solution. « On constate des réorientations de jeunes entre 10 et 15 ans, qui sont allés en milieu ordinaire et reviennent en centre spécialisé. Peut-être parce que les AVS ne sont pas en nombre suffisant. Mais il y a aussi un manque de places dans ces centres. »

C'est le casse-tête. Plusieurs réunions ont lieu actuellement entre l'Inspection Académique, les associations, la MDPH pour tenter de concrétiser, enfin, cette loi de 2005.

Yasmine TIGOÉ

Partager cet article

Repost 0
Published by collectif44-hse
commenter cet article

commentaires

ssrw38 07/04/2011 10:36


Et cela risque fort de s'aggraver... tant que l'Etat ne prendra ses responsabilités en déterminant une vraie ligne budgétaire pour cette loi de 2005 innapplicable en l'état actuel. Mais en ces
temps où des postes d'enseignants classiques sont suprimés... à quoi s'attendre vis à vis des AVS ou EVS ? Solidarité ??? partager quelques misérables heures d'AVS entre handicapés Pourquoi pas
faire la manche dans la rue ??? Pas mal essayé. Au moins cela reste entre nous, surement le but recherché : ne plus montrer ces gamins peu gatés par la vie, les garder cachés chez nous, ne pas
gâcher le paysage en les exhibants, ne pas polluer les écoles par leur présence... triste société !


cortet 23/03/2011 21:21


Quel plaisir d'apprendre lors d'une réunion préparant la rentrée prochaine en milieu ordinaire pour son enfant handicapé que sur 9h d'avsi, 3 sont effectivement individualisées (comme le "i" de
AVSI, l'indique) et 6 sont mutualisées avec un autre enfant handicapé!!! On n'arrête plus les économies, en bref on n'arrête plus le progrès...C'était déjà scandaleux de tout réduire à 6, alors là,
les bras m'en tombent.


Présentation

  • : collectif44-hse.over-blog.com
  • Contact

Profil

  • collectif44-hse
  • blog dédié au combat pour l'intégration des enfants handicapés en milieu ordinaire
  • blog dédié au combat pour l'intégration des enfants handicapés en milieu ordinaire

LE TEMPS PASSE...



Recherche

PETITION, RECOURS TRIBUNAL, ..

Archives

Pages

Catégories

COMPTEUR

compteur pour blog